L’asthme chez l’enfant

Au Canada, la prévalence de l’asthme chez l’enfant a quadruplé au cours de la dernière décennie. C’est l’une des principales causes d’hospitalisation chez les enfants et l’une des raisons les plus fréquentes de visites à l’urgence. Aucun facteur isolé ne semble expliquer cette recrudescence de l’asthme chez les enfants. Mais un ensemble de facteurs pourrait en être la cause, notamment un meilleur diagnostic de la maladie, l’accroissement de la pollution et, vraisemblablement, des changements dans nos styles de vie qui augmentent le temps passé à l’intérieur, ainsi qu’une prédisposition génétique à la respiration sifflante.

L’asthme est une maladie inflammatoire des voies aériennes, ou bronches. Les symptômes consistent en des attaques récurrentes de respiration sifflante, d’essoufflement, d’oppression thoracique et de toux.

S’agit-il bien d’asthme?

Il est parfois difficile de diagnostiquer l’asthme, car ses symptômes ressemblent à ceux d’autres maladies. La majorité des enfants asthmatiques ont leur première crise avant l’âge de trois ans. Le déclencheur des crises est souvent une infection virale, comme un rhume. Les enfants exposés à la fumée de tabac ont plus souvent des rhumes, des infections aux oreilles et une respiration sifflante. Des études ont établi cependant que chez les deux tiers des jeunes enfants qui ont une respiration sifflante en présence d’une infection virale, ce symptôme disparaît après l’âge de cinq ans. Les enfants qui continuent de souffrir d’asthme après cet âge sont aux prises habituellement avec l’un des facteurs suivants :

  • des antécédents familiaux d’asthme ou d’allergies respiratoires;
  • des allergies ou de l’eczéma;
  • une exposition à la fumée de tabac.

L’asthme peut être épisodique, avec des symptômes qui se manifestent pour de brèves périodes de moins de deux semaines et sont absents entre les crises, ou persistant, dans les cas où les symptômes apparaissent fréquemment, jusqu’à plusieurs fois par semaine. Cela ne veut pas dire que l’asthme épisodique soit moins grave que l’asthme persistant. Même si les symptômes sont moins fréquents, ils peuvent être aussi graves que ceux de l’asthme persistant.

D’ordinaire, l’asthme épisodique se manifeste chez les enfants de un à six ans et tend à disparaître à l’approche de l’âge scolaire. Les enfants qui souffrent de ce type d’asthme sont bien portants entre les crises, qui surviennent principalement en présence d’un rhume ou d’une autre infection respiratoire.

Les enfants qui souffrent d’asthme persistant manifestent des symptômes en présence ou en l’absence d’un rhume. Jusqu’à 80 % d’entre eux présentent des allergies et ont de proches parents atteints d’asthme ou d’allergies. L’asthme persistant peut se manifester en bas âge, mais il se déclare plus souvent à l’âge scolaire et persiste pendant l’adolescence et la vie adulte.

Quels sont les facteurs déclenchants de l’asthme?

Le déclencheur le plus courant de l’asthme est une infection virale, particulièrement chez les enfants en bas âge. Viennent ensuite les irritants présents dans l’environnement, comme la fumée de tabac, et les allergies. Chez les jeunes enfants, les allergies les plus courantes sont l’intolérance aux acariens et aux poils d’animaux domestiques. Passé l’âge de six ans, les enfants peuvent également être allergiques à des particules de l’environnement extérieur, généralement aux pollens et aux moisissures. L’exposition au froid, sous le point de congélation, et l’exercice vigoureux peuvent aussi déclencher la crise d’asthme chez certains enfants. En général, les crises sont plus fréquentes en hiver en raison de la recrudescence des infections virales et parce qu’on passe plus de temps à l’intérieur, ce qui augmente l’exposition à de nombreuses sources d’allergies.

Comment prévenir les crises d’asthme?

Si la fumée de tabac est en cause, il est recommandé de cesser de fumer ou, à tout le moins, de fumer à l’extérieur de la maison.

Les enfants devraient subir des tests pour déterminer le type d’allergie dont ils souffrent. S’il s’agit d’une allergie aux animaux familiers, les parents devraient bannir ces animaux de la maison ou envisager de les confier à quelqu’un d’autre. Pour contrôler l’allergie aux poussières, il est suggéré d’avoir recours à des couvre-matelas et des housses d’oreillers imperméables anti-acariens et d’enlever les tapis de la chambre de l’enfant. Les draps doivent être lavés à l’eau chaude une fois par semaine, et on devrait retirer de la chambre les objets susceptibles d’attirer la poussière ou les poils d’animaux, comme les livres, les animaux en peluche et les rideaux non lavables.

Quels sont les traitements courants de l’asthme?

Il existe deux grandes catégories de médicaments pour traiter l’asthme. Les médicaments de soulagement, notamment les bronchodilatateurs en inhalation à action rapide, sont utilisés au besoin pour rouvrir les voies aériennes et soulager les symptômes. Si le recours aux bronchodilatateurs dépasse régulièrement une fréquence de trois fois par semaine, les médicaments qui contrôlent l’asthme pourraient s’avérer une meilleure solution.

Les médicaments de contrôle sont des anti-inflammatoires pris de façon régulière et à long terme qui préviennent l’inflammation des bronches. Les plus courants sont les corticoïdes inhalés, que les spécialistes de l’asthme au Canada considèrent actuellement comme le traitement de première intention pour l’asthme. Si l’utilisation régulière d’un corticoïde inhalé ne suffit pas à contrôler l’asthme ou si l’asthme est plus grave, on associe d’autres médicaments de contrôle. Les meilleurs médicaments d’appoint sont les bronchodilatateurs à action prolongée, administrés par inhalateur, suivis des antagonistes des récepteurs des leucotriènes, pris en comprimés. Dans les cas les plus graves, le contrôle de l’asthme peut nécessiter l’administration d’un corticoïde par voie orale. L’administration de courte durée des corticoïdes par voie orale est le traitement courant en présence d’une crise aiguë justifiant une visite à l’urgence. D’ordinaire, un traitement de courte durée est administré pendant 5 à 10 jours.

Les enfants qui ont un léger sifflement en cas de rhume peuvent être soignés à domicile au moyen d’un bronchodilatateur seulement, administré chaque fois que l’enfant a une respiration sifflante ou de la difficulté à respirer. Pour les crises plus graves, lorsque l’effet du bronchodilatateur dure moins de quatre heures ou est nul, l’enfant devrait être traité à l’urgence. Généralement, un traitement de courte durée aux corticoïdes oraux est mis en œuvre à l’urgence et poursuivi pendant cinq jours.

Les spécialistes de l’asthme sont divisés sur l’utilisation des corticoïdes inhalés dans les crises épisodiques de respiration sifflante. Toutefois, de nombreux médecins en recommandent l’emploi du début à la fin d’un rhume. Par contre, pour les formes d’asthme persistant, les spécialistes s’entendent pour recommander l’emploi des corticoïdes inhalés sur une base régulière et prolongée.

Au moment de prescrire un traitement pour l’asthme, le médecin devrait élaborer un plan d’action personnalisé indiquant les mesures à prendre, les signes d’exacerbation de l’asthme et les circonstances nécessitant une consultation médicale.

Quand dois-je de nouveau consulter un médecin?

Si votre enfant est asthmatique, une consultation médicale rapide s’impose en présence de l’une ou l’autre des situations suivantes :

  • Votre enfant a une respiration sifflante et le bronchodilatateur ne lui procure aucun soulagement de 15 à 20 minutes après utilisation;
  • Le bronchodilatateur semble agir sur la respiration sifflante, mais pour une courte période seulement;
  • Le besoin du bronchodilatateur se fait sentir plus fréquemment qu’aux quatre heures;
  • Le bronchodilatateur semble agir sur la respiration sifflante, mais l’asthme ne s’améliore pas après deux ou trois jours. Par exemple, votre enfant a le rhume et continue d’utiliser le bronchodilatateur de quatre à six fois par jour, même deux ou trois jours après le début des manifestations de respiration sifflante.

Où trouver de l’aide?

Centre de l’asthme de l’Hôpital de Montréal pour enfants regroupe des pédiatres, des allergologues, des pneumologues, des inhalothérapeutes et du personnel infirmier spécialisé dans le domaine de l’asthme. La clinique de l’asthme de l’HME est ouverte six demi-journées par semaine et les consultations ont lieu sur rendez-vous. Elle offre des évaluations médicales, des examens d’exploration fonctionnelle pulmonaire, des tests d’allergies, l’élaboration de plans de traitement, y compris la prescription de médicaments, ainsi que la formation et le soutien de la famille. Il n’est pas nécessaire d’être envoyé par un médecin pour obtenir un rendez-vous.

Le Centre de l’asthme de l’HME a été désigné Centre d’enseignement sur l’asthme par le Réseau québécois de l’enseignement sur l’asthme (RQEA).

Les médecins ou d’autres professionnels de la santé dirigent ainsi leurs patients au Centre de l’asthme à des fins éducatives, pour que les parents et les enfants comprennent et traitent mieux cette maladie. Le Centre renseigne aussi sur les techniques de prise de médicaments et de manipulation de dispositifs, sur les signes d’exacerbation de l’asthme et sur la mise en œuvre du plan d’action.

Actuellement, l’asthme est incurable. Cependant, une bonne compréhension de l’asthme et la maîtrise des symptômes de la maladie peuvent permettre à l’enfant asthmatique de mener une vie normale et active. 

Pour de plus amples renseignements sur l’asthme chez les enfants, ou pour imprimer la brochure, cliquez ici.

01-09-06 Hôpital de Montréal pour enfants - SW