Les enfants et l'anxiété

L’anxiété, sous certaines formes, est normale pendant l’enfance, notamment l’anxiété en présence d’un étranger; l’anxiété de la séparation, qui survient entre 18 mois et 3 ans; la peur des monstres, qui apparaît vers 4 à 6 ans; et les phobies (ces peurs irrationnelles face à des objets ou des situations), qui sont fréquentes et disparaissent d’elles-mêmes.

Les enfants peuvent se sentir anxieux lorsqu’ils commencent l’école, déménagent, couchent chez un proche, jouent un match important ou étudient en vue d’un examen. Les événements dont font état les journaux et la télévision peuvent aussi causer de l’anxiété chez les enfants. Mais une certaine dose d'anxiété est plutôt saine, puisqu’elle empêche les enfants de prendre des risques inutiles et peut les préparer à des événements troublants de leur vie future.

Les symptômes d’anxiété qu’éprouvent les enfants sont sensiblement les mêmes que ceux des adultes, mais leur façon d’y réagir est différente. En fait, leurs réactions dépendent de leur niveau de développement. Il est donc plus difficile de déterminer si le comportement d’un enfant est un épisode passager, une réaction normale ou un trouble anxieux. Voici certains signes d’anxiété :
  • Un changement de comportement (hausse de l’agressivité, besoin intense de s’agripper à une figure rassurante)
  • Des problèmes de sommeil
  • Un rythme cardiaque plus élevé
  • De nouveaux problèmes avec maux de tête, nausées ou maux d’estomac

Pour aider un enfant à faire face à une situation stressante ou à l’anxiété, les spécialistes proposent les quelques conseils qui suivent aux parents et aux personnes soignantes.

  • Il faut comprendre que la peur est réelle pour l’enfant et écouter ce qu’il a à dire.
  • Il faut découvrir ce qui lui fait peur.
  • Il faut réconforter et rassurer l’enfant au sujet de ses peurs d’une façon qui lui convient.
  • Il ne faut pas minimiser la peur ni donner des réponses techniques ou compliquées.
  • Il n’est d’ailleurs pas nécessaire que vous ayez des réponses à toutes les questions de votre enfant.
  • Pour découvrir ce à quoi votre enfant pense, encouragez-le à poser des questions au sujet de ce qui se passe par le biais d’un jeu auquel il aime jouer ou du dessin.
  • Rappelez à votre enfant anxieux que la plupart des gens sont gentils et attentionnés, et que les héros peuvent être des gens ordinaires qui aident les victimes d’une tragédie.
  • Élaborez un plan d’urgence pour la famille, qui précise le lieu de rencontre si un événement inhabituel survient à la maison ou dans les environs, ainsi que l’emplacement des numéros de téléphone des personnes à appeler en cas de besoin et de la trousse de premiers soins.
Quand le comportement anxieux devient systématique ou que l’enfant est si effrayé, si inquiet ou si fragile qu’il n’arrive plus à fonctionner normalement, comme réussir à l’école ou se faire des amis, alors il est possible qu’on soit face à un trouble anxieux.

Les troubles anxieux comptent parmi les plus fréquents problèmes émotionnels de l’enfance et de l’adolescence, et environ la moitié des jeunes qui en souffrent sont aussi aux prises avec un second trouble anxieux ou un autre trouble mental ou comportemental, comme la dépression. La cause des troubles anxieux demeure encore obscure, mais des études laissent croire que les enfants et les adolescents sont plus susceptibles de souffrir d’un trouble anxieux si leurs parents en souffrent.

Types de troubles anxieux

Il y a plusieurs types de troubles anxieux qui peuvent toucher les enfants :
  • L’anxiété généralisée, qui se caractérise par des inquiétudes excessives et irréalistes qui n’ont aucun lien avec un quelconque événement récent. Les enfants et les adolescents qui souffrent de ce trouble sont d’ordinaire très timides et tendus, et ont énormément besoin d’être rassurés. Ils peuvent se plaindre de malaises, comme des maux d’estomac, qui ne reposent sur aucun problème physique.
  • Les phobies, qui incluent la peur excessive et irrationnelle face à un objet ou une situation, comme les animaux, les hauteurs, les tempêtes ou les espaces clos.
  • Le trouble panique, qui inclut des attaques de panique répétées (période de peur intense accompagnée de vives palpitations, de sueurs, d’étourdissements, de nausées ou d’un sentiment de mort imminente) sans cause apparente. La peur de vivre d’autres attaques de panique bouleverse énormément les enfants atteints de ce trouble.
  • Le trouble obsessivo-compulsif (TOC), qui se caractérise par l’incapacité de l’enfant à bloquer un schéma de pensées ou de comportements répétitifs, comme se laver les mains, compter des objets ou les replacer.
  • Le syndrome de stress post-traumatique (SSPT), qui peut se développer chez l’enfant ou l’adolescent à la suite d’un événement très stressant (comme de la violence sexuelle ou autre), qui fait en sorte de lui faire revivre à répétition l’événement traumatique par des souvenirs, des retours en arrière (flashbacks) ou des pensées troubles.
Heureusement, les graves problèmes d’anxiété vécus par les enfants peuvent être traités avec succès. Les approches de traitement des troubles anxieux sont nombreuses et incluent le traitement cognitif du comportement (les enfants apprennent à faire face à leurs peurs en modifiant leurs façons de penser et d’agir); la thérapie individuelle; la thérapie familiale; la formation parentale; et la médication. Certains enfants aux prises avec des troubles anxieux profiteront avantageusement d’une seule forme de traitement; d’autres auront besoin de différents traitements conjugués, comme d’une thérapie individuelle et d’un anxiolytique à court terme, ou même d’un antidépresseur.

Bien que certains signes d’anxiété soient habituels chez de jeunes enfants, il est important de reconnaître et de s’occuper de tout ce qui va au-delà d’une anxiété passagère après l’âge de 6 ans. Si on ne le diagnostique pas, un trouble d’anxiété grave peut avoir des effets à long terme et perturber énormément la vie de l’enfant. En fait, les troubles d’anxiété qui ne sont pas traités chez les enfants peuvent nuire à leur rendement scolaire et leur aptitude à se faire des amis. Ils peuvent aussi entraîner une faible estime de soi et mener à la consommation d’alcool ou de drogue, à des problèmes d’adaptation en milieu de travail et à des troubles anxieux à l’âge adulte.

Que faire

Si un enfant a des problèmes d’anxiété, appelez son médecin et prenez rendez-vous pour discuter de la situation. Comme plusieurs problèmes médicaux provoquent des symptômes analogues à ceux des troubles anxieux, le médecin devrait procéder à un examen physique complet. Une fois les problèmes médicaux écartés, le médecin devrait s’intéresser attentivement à ce qui pourrait être la cause de l’anxiété, comme des problèmes au sein de la famille ou avec les pairs. Au besoin, le médecin peut diriger l’enfant et la famille vers un spécialiste en santé mentale. Faites appel à un spécialiste expérimenté et formé pour travailler avec les enfants et les adolescents, qui utilise des thérapies comportementales ou cognitives du comportement, et qui peux prescrire des médicaments pour des troubles anxieux ou collabore avec un médecin qui peut le faire.

Utiliser les médicaments judicieusement

Certains traitements des troubles anxieux peuvent inclure la prise de médicaments anxiolytiques ou antidépresseurs.

En septembre 2004, la Food and Drug Administration a émis un avertissement à l’effet que les antidépresseurs rendaient suicidaires certains enfants et adolescents. En fait, les enfants et les adolescents qui prennent des antidépresseurs sont deux fois plus à risque que ceux qui reçoivent un placebo de devenir suicidaires. Mais, dans l’ensemble, le risque de suicide est quand même faible. On estime que si 100 patients prennent des médicaments à la place de placebo, deux ou trois jeunes de plus deviendront suicidaires.
 
Consultez un médecin si:

  • L’anxiété nuit aux activités familiales 
  • L’anxiété empêche l’enfant de se faire des amis 
  • L’anxiété perturbe les habitudes de sommeil 
  • L’anxiété devient une excuse pour ne pas aller à l’école  
  • L’anxiété mène à un comportement compulsif 
  • L’anxiété mène à des peurs ou des phobies extrêmes 



01-09-06 Hôpital de Montréal pour enfants - SW