Mouiller son lit

Mouiller son lit est un problème courant

Mouiller son lit est une expérience très désagréable pour un enfant. Mais il s’agit d’un phénomène involontaire, inconscient et généralement bénin. Dans la plupart des cas, il ne s’agit pas d’un problème d’ordre médical, mais d’une question de développement, qui se réglera au cours de la croissance.

 

L’énurésie nocturne, appelée communément pipi au lit, est très fréquente surtout chez les garçons. Environ 20 pour cent des enfants de cinq ans font régulièrement pipi au lit. Le problème se résorbe infailliblement avec l’âge.

L’énurésie nocturne est souvent héréditaire. Exceptionnellement, elle peut être reliée à un problème d’ordre médical. Les parents doivent consulter un médecin si l’enfant commence à mouiller son lit après plusieurs mois ou plusieurs années de propreté la nuit ou s’il se mouille le jour.

Comment aider l’enfant à cesser de faire pipi au lit

L’énurésie nocturne est involontaire. Punir l’enfant ou le réprimander ne font donc qu’aggraver la situation. Par contre, l’adoption d’une attitude positive aide énormément l’enfant. Informez l’enfant que de nombreux enfants mouillent leur lit et que le problème finira par disparaître. On peut également diminuer l’anxiété de l’enfant en lui demandant d’apporter lui-même son pyjama et ses draps souillés à la salle de lavage.

Trouver des solutions

Résoudre un problème de constipation peut parfois guérir l’incontinence diurne et nocturne.

Pour certains enfants, les médicaments contre l’énurésie peuvent fournir une solution temporaire, qui peut s’avérer utile en vacances ou lorsque l’enfant passe la nuit chez un ami. Cette option est particulièrement importante dans le cas des enfants plus âgés et des adolescents.

À partir de huit ans, l’enfant peut utiliser un dispositif d’alarme anti-énurésie. L’appareil coûte environ 100 $ dans les magasins de fournitures médicales. La sonnerie réveille l’enfant dès qu’une première goutte d’urine déclenche le circuit électrique. Le traitement dure d’un à trois mois. Il peut être très exigeant pour l’enfant, mais aussi pour les parents qui doivent souvent accompagner l’enfant à la salle de bains. En cas de rechute, on peut reprendre le traitement.

Il faut se rappeler que le succès est rarement immédiat et qu’il faut du temps pour modifier le comportement de l’enfant. Si malgré tous les efforts l’énurésie persiste, on peut interrompre temporairement le programme de rééducation et le reprendre quelques mois plus tard.