Étoile des soins centrés sur le patient et la famille de ce mois-ci : Dre June Ortenberg, pédiatre

Martine Laflamme, notre étoile du mois de septembre, était vraiment ravie de désigner la Dre June Ortenberg comme l’étoile de ce mois-ci. « Dre Ortenberg est une personne qui prend vraiment grand soin de chaque enfant et de chaque famille qu’elle voit à l’HME. Elle a toujours une approche délicate et attentionnée, et elle accorde à chaque personne qu’elle voit toute son attention et toute sa passion. J’ai l’impression de la connaître depuis toujours, et j’ai énormément de respect pour elle. Comme pédiatre, c’est un vrai modèle de professionnalisme. »

Dre Ortenberg a été à la fois surprise et touchée quand Martine lui a remis son prix. « Le principe de soins centrés sur le patient et la famille est l’essence même de ce que nous faisons à l’HME, alors être reconnue pour cela, c’est un honneur », dit-elle. Dre Ortenberg explique que l’idée des soins centrés sur le patient et la famille est un principe qui a contribué à baliser sa route. « Quand j’étais jeune, j’avais deux grands sujets d’intérêt, mais bien différents : les beaux-arts et les enfants, raconte-t-elle. J’ai toujours su que je voulais travailler avec des enfants, alors en fin de compte, c’est la médecine qui a gagné. »

Traiter l’ensemble des besoins de l’enfant

Après des études à McGill, la Dre Ortenberg a fait sa résidence en pédiatrie à l’HME, puis elle a passé un an à l’Hôpital Ste-Justine en génétique, où pour la première fois elle a découvert la neurofibromatose, une maladie génétique qui touche 1 personne sur 3000. « La neurofibromatose peut avoir plusieurs effets sur le système, puisqu’elle atteint les cellules du système nerveux, qui alimente et dirige tout le corps, explique la Dre Ortenberg. Une approche intégrative et globale de la personne est donc particulièrement importante pour ces patients. »

Quand la Dre Ortenberg est revenue à l’HME, elle a pris une double tâche en pédiatrie générale et en génétique, où elle a lancé la clinique de neurofibromatose. « J’ai décidé que c’était une cause à défendre, alors avec le conseiller en génétique médicale, j’ai aidé à la fondation de l’Association de neurofibromatose du Québec (ANFQ), qui continue de faire un travail formidable encore aujourd’hui. » Plusieurs des patients atteints de neurofibromatose de la Dre Ortenberg ont grandi avec elle et aujourd’hui, elle voit certains de leurs enfants atteints de la même maladie. Dre Ortenberg a toujours eu à cœur de soigner des enfants aux prises avec des problèmes médicaux plus complexes, tant sur le plan du développement physique que mental. « J’ai toujours trouvé cela très gratifiant, et c’est l’une des raisons pour lesquelles j’ai lancé la clinique de neurofibromatose. C’est un objectif personnel que de combler l’ensemble des besoins de l’enfant », ajoute-t-elle.

Promouvoir les soins centrés sur le patient et la famille auprès de la prochaine génération

À la Division de pédiatrie générale, la Dre Ortenberg a travaillé tant auprès des patients hospitalisés que des patients externes. À l’heure actuelle, elle travaille à la clinique de consultation pédiatrique, à la clinique de l’asthme, à la clinique préopératoire et à l’hôpital de jour, et récemment, elle est devenue directrice de la clinique de spina bifida, en remplacement de la Dre Patricia Forbes, l’une de ses grandes mentores, qui a pris sa retraite l’an dernier. À l’HME, l’un de ses rôles préférés est celui d’enseignante auprès des futurs professionnels de la santé au chevet des patients. « Mes collègues et moi avons tous les jours l’occasion de promouvoir l’importance des soins centrés sur le patient et la famille auprès de la jeune génération, dit-elle. Nous avons beaucoup de chance de pouvoir faire ça. »

Concernant les nombreux autres gens avec qui elle travaille, ses éloges sont sans réserve. « L’HME est animé d’un esprit formidable. Chacun est pleinement conscient de l’importance de son rôle et de la contribution qu’il peut apporter, quel que soit son travail, souligne-t-elle. Il y a des raisons fondamentales pour lesquelles les gens choisissent de travailler dans un établissement pédiatrique. C’est un point commun qui nous guide toujours. »