Neurologie pediatrique et neurophysiologie

La division de neurologie pédiatrique de l’Hôpital de Montréal pour enfants (HME) offre des soins aux enfants qui présentent des troubles neurologiques complexes et délicats. Notre division a mis en place un processus de sélection pour les consultations et le suivi des enfants qui ont besoin d’une intervention neurologique. Bien que nous traitions les enfants aux prises avec toutes les maladies neurologiques complexes, nous n’offrons pas de consultation ni de traitement pour les cas suivants : les enfants souffrant de maux de tête classiques qui n’ont pas eu de prophylaxie antimigraineuse; les troubles du comportement (trouble oppositionnel avec provocation, trouble des conduites, syndrome d’absence épisodique de contrôle); les problèmes liés à l’école (TDAH, problèmes d’apprentissage); les patients présentant des tics ou le syndrome de la Tourette qui bénéficient déjà d’un soutien médical; les troubles du spectre autistique sans comorbidité neurologique; les convulsions fébriles, typiques ou atypiques; et la syncope.
 

Veuillez noter que les rendez-vous en neurologie sont octroyés après un processus de triage qui peut prendre jusqu’à 4 semaines.

Vertical Tabs

Notre histoire

La division de neurologie pédiatrique de l’Hôpital de Montréal pour enfants a été fondée dans les années 1960, et était alors l’une des premières divisions de neurologie pédiatrique au Canada.

Sous le leadership de son premier directeur, le Dr Preston Robb, un pionner en neurologie pédiatrique au Québec, et plus tard sous la direction du Dr Gordon Watters pendant 25 ans (1969-1994) et du Dr Bernard Rosenblatt pendant 10 ans (1995-2005), la division est devenue un important centre national de formation. Environ 40 % des spécialistes de la neurologie pédiatrique au Canada ont été formés dans cette division, pour ensuite aller travailler dans des hôpitaux pédiatriques de tout le pays.

Le laboratoire de neurophysiologie de notre division a été l’une des premières unités d’électroencéphalographie (EEG) en Amérique du Nord à se consacrer exclusivement aux enfants. Le laboratoire a été baptisé du nom de la regrettée Dre Katherine Metrakos, qui a succédé à Herbert Jasper comme directrice du Laboratoire de neurophysiologie et a fondé la première Clinique des troubles convulsifs. En travaillant à l’HME, la Dre Metrakos et son mari, Julius D. Metrakos, Ph. D., ont aidé à façonner notre compréhension actuelle des différentes épilepsies et des voies qu’elles empruntent. Reconnus dans le monde entier comme des chefs de file de l’investigation génétique de l’épilepsie, ils ont fait le pont entre le travail de William Lennox, pionnier dans l’utilisation de l’EEG en épilepsie, et l’émergence actuelle de la recherche génétique sur l’épilepsie. Au début des années 1980, le DBernard Rosenblatt a mis sur pied le premier laboratoire de potentiel évoqué, utilisant l’EEG et l’ordinateur pour stimuler différentes modalités comme la vision et l’audition. Ces techniques de pointe ont permis de poser des diagnostics qui nous paraissaient impossibles à l’époque, comme évaluer l’audition d’un nouveau-né. Avec le DJohn Guttmann, il a développé l’une des premières unités de soins intensifs néonatals spécialisées dans le dépistage de l’épilepsie. En 1985, le département de neurophysiologie clinique de l’HME a été l’un des premiers à utiliser les potentiels évoqués somatosensoriels (PES) pour le monitorage des interventions rachidiennes orthopédiques.

Le DMichael Shevell, ancien directeur de la division, est maintenant chef du département de pédiatrie de la Faculté de médecine de l’Université McGill et pédiatre en chef de l’Hôpital de Montréal pour enfants et du Centre universitaire de santé McGill (CUSM).

Aujourd’hui, notre division est reconnue à l’échelle provinciale et nationale pour le traitement des troubles neurologiques complexes chez les enfants, et plus spécifiquement pour son expertise dans l’évaluation et le traitement de plusieurs maladies, dont les épilepsies rebelles, la paralysie cérébrale et les troubles génétiques, ainsi que la sclérose en plaques, les accidents vasculaires cérébraux, les troubles neuro-inflammatoires et les maladies neuro-oncologiques du système nerveux.

Au cours des années, la division s’est taillé une renommée internationale pour son engagement à l’égard de la recherche fondamentale, clinique, épidémiologique et qualitative.

Notre équipe

La division de neurologie pédiatrique de l’Hôpital de Montréal pour enfants compte dix neuropédiatres, dont plusieurs mènent des recherches sur tout un éventail de troubles neurologiques complexes.  

La division compte aussi sur deux infirmières à temps partiel, une neuropsychiatre, un physiatre, une travailleuse sociale ainsi que les associées de recherche Dre Annette Majnemer et Dre Marie Brossard-Racine.

Chef de département :

  • Dr Guillaume Sébire, directeur

Membres du personnel :

Milieu de soins

La division de neurologie pédiatrique de l’Hôpital de Montréal pour enfants reçoit de nombreuses demandes de consultation pour les patients hospitalisés; ils sont habituellement rencontrés dans les unités de soins médicaux et chirurgicaux, dans les unités de soins intensifs et à l’urgence.

Nous soignons aussi un certain nombre de patients dans nos cliniques. Il s’agit de patients qui nous ont été envoyés par des professionnels de la santé de la communauté. La plupart des rendez-vous en clinique ont lieu dans le secteur A2 Sud ou à la clinique du comportement et du développement du cerveau (A3). Nos cliniques sont ouvertes tous les après-midi, du lundi au vendredi. Quand un patient vient à la clinique pour la première fois, nous demandons parfois qu’il subisse certains examens avant la visite. Il arrive que cette première visite se limite à un examen physique et au relevé détaillé des antécédents de symptômes de l’enfant, ce qui se fait en discutant avec la famille.

 

Après la première visite de l’enfant à la clinique, nous prenons si nécessaire les arrangements pour lui faire passer des examens, comme une EEG (électroencéphalographie, soit l’enregistrement de l’activité électrique du cuir chevelu; pratiquée dans le secteur de la neurologie diagnostique au B2), des analyses sanguines ou des études d’imagerie (imagerie par résonance magnétique/IRM). 

 

Programmes et services

La division de neurologie pédiatrique de l’Hôpital de Montréal pour enfants offre des soins aux enfants qui présentent des troubles neurologiques complexes et délicats.

Nous offrons des consultations aux patients hospitalisés à toute heure du jour et de la nuit dans tous les secteurs de l’hôpital, y compris dans les unités de médecine et de chirurgie, les unités de soins intensifs et l’urgence. Nous effectuons également des consultations en milieu clinique auprès de patients qui nous sont envoyés pour les catégories de maladies neurologiques suivantes : épilepsie ou troubles convulsifs qui ne sont pas liés à la fièvre, troubles neurodéveloppementaux (retard de développement global, déficience intellectuelle, paralysie cérébrale, trouble de développement du langage), troubles neuromusculaires, céphalées réfractaires (qui résistent au traitement), troubles des mouvements complexes, troubles neurogénétiques, neurométaboliques et neurocutanés, troubles de démyélinisation, sclérose en plaques, accident vasculaire cérébral, maladies neuro-inflammatoires, maladies neuro-oncologiques, et survivants à haut risque de l’unité de soins intensifs néonatals (USIN) et de l’unité de soins intensifs pédiatriques (USIP).

Notre division a mis en place un processus de sélection pour les consultations et le suivi des enfants qui ont besoin d’une intervention neurologique. Bien que nous traitions les enfants aux prises avec toutes les maladies mentionnées précédemment, nous n’offrons pas de consultation ni de traitement pour les cas suivants : les enfants souffrant de maux de tête classiques qui n’ont pas eu de prophylaxie antimigraineuse; les troubles du comportement (trouble oppositionnel avec provocation, trouble des conduites, syndrome d’absence épisodique de contrôle); les problèmes liés à l’école (TDAH, problèmes d’apprentissage); les patients présentant des tics ou le syndrome de la Tourette qui bénéficient déjà d’un soutien médical; les troubles du spectre autistique sans comorbidité neurologique; les convulsions fébriles, typiques ou atypiques; et la syncope.

Veuillez noter que les rendez-vous en neurologie sont octroyés après un processus de triage qui peut prendre jusqu’à 4 semaines.

  • Si la demande de consultation est acceptée, elle est entrée dans notre liste d’attente. Nous ne communiquons pas avec le patient avant d’avoir une place en clinique ou dans l’une de nos installations connexes.  
  • Si la demande de consultation ne répond pas aux critères de l’hôpital, elle sera retournée au médecin traitant avec des directives. La date et les raisons pour lesquelles une demande est retournée au médecin sont notées dans nos dossiers.

 

Si vous avez demandé un rendez-vous par l’intermédiaire de notre site Web, veuillez tenir compte du processus de triage décrit précédemment. Si vous avez des questions concernant le statut de votre demande de consultation, sachez qu’une mise à jour du statut ne peut être fournie qu’à l’issue du triage, ce qui peut prendre jusqu’à 4 semaines. Merci.

 

Laboratoire de neurophysiologie

Les enfants se présentent au laboratoire de neurophysiologie pour subir des tests approfondis de dépistage et de mesure liés à des symptômes d’épilepsie, de troubles paroxystiques ou de maladies neuromusculaires. L’équipe de neurophysiologie de l’Hôpital de Montréal pour enfants offre un éventail complet de services d’investigation en électroencéphalographie, potentiel évoqué et électromyographie. Notre équipe est fière de faire partie de l’un des meilleurs programmes provinciaux en chirurgie de l’épilepsie, qui contribue à sauver des vies et à soigner avec succès des enfants auparavant inopérables.

L’une des principales responsabilités du département de neurophysiologie est d’évaluer la possibilité qu’un enfant soit atteint d’épilepsie. Les membres de l’équipe qui déterminent l’admissibilité d’un enfant au programme chirurgical d’épilepsie évaluent l’épilepsie rebelle, c’est-à-dire l’épilepsie qui résiste à trois médicaments ou plus.

L’électroencéphalographie (EEG) mesure l’activité électrique du cerveau. Le personnel du laboratoire d’EEG fait de la recherche sur les enfants aux prises avec des troubles paroxystiques comme l’épilepsie ou les convulsions. Les tracés (enregistrements) d’EEG permettent d’obtenir des données en cas de troubles métaboliques, d’asphyxie et de traumatisme crânien pédiatrique, ou pour des cas postopératoires.

L’électromyographie (EMG) est une technique qui permet d’évaluer et d’enregistrer l’activité électrique produite par les muscles squelettiques. Le personnel du laboratoire d’EMG procède à l’analyse des maladies neuromusculaires chez les enfants. Des services de monitorage pour les départements de neurochirurgie et d’orthopédie sont aussi offerts.

Le potentiel évoqué est la réponse électrique du cerveau à un stimulus sensoriel. On mesure le potentiel évoqué chez un enfant pour voir comment il réagit à une situation donnée quand le stimulus est généré dans un environnement médical contrôlé. On peut utiliser l’EEG ou l’EMG pour mesurer les niveaux d’activité pendant un test de potentiel évoqué. 

L’électrocorticographie (ECoG), ou EEG intracrânienne (EEGi) est une technique d’enregistrement de l’activité électrique du cortex cérébral faite au moyen d’électrodes placées directement sur la surface exposée du cerveau. L’ECoG peut se faire soit en salle d’opération lors d’une intervention chirurgicale (EcoG peropératoire), soit hors du bloc opératoire (EcoG extra-opératoire). En cas d’urgence, cette procédure est utilisée pour explorer l’anatomie fonctionnelle du cerveau, cartographier les aires de la parole et identifier les zones du cortex somatosensoriel et somatomoteur qui ne peuvent être retirées chirurgicalement.

La stimulation du nerf vague est généralement utilisée pour traiter l’épilepsie quand toutes les autres solutions de traitement ont été épuisées.La stimulation du nerf vague sert aussi de traitement pour la dépression en plus de faire l’objet d’études pour des pathologies comme la sclérose en plaques, la migraine et la maladie d’Alzheimer.

Recherche

Maladies et problèmes de santé

Référer un patient 

Local : Secteur de neurodiagnostic, B2.2337, site Glen

Heures d’ouverture : 8 h à 16 h 30

  • Pour communiquer avec la division : 514-412-4446    Télécopieur : 514-412-4373
  • Courriel : glen.neuro.clinic@muhc.mcgill.ca
  • Neurophysiologie : 514-412-4471, Fax : 514-412-4225