L’importance du bilinguisme

Les raisons sont nombreuses pour élever un enfant dans un milieu bilingue. Parmi les avantages, soulignons les raisons familiales, mais les enfants qui maîtrisent deux langues peuvent également profiter d’avantages cognitifs et personnels plus tard au cours de leur vie. Veronica, de watchmojo.com, s’entretient avec Caroline Erdos, orthophoniste à L’Hôpital de Montréal pour enfants, des choses à faire et à éviter lorsqu’on élève son enfant dans un milieu bilingue dès la naissance.
 
Veronica : Quels sont les avantages d’élever un enfant qui connaît plus d’une langue ?
 
Caroline Erdos : Il y a plusieurs avantages cognitifs. Par exemple, les enfants bilingues ont de meilleures habiletés de résolution de problèmes. Ils savent alors mieux ignorer l’information qui n’est pas pertinente. Il y a aussi des avantages plus tard dans la vie. Par exemple, chez les adultes atteints de la maladie d’Alzheimer, les adultes bilingues tendent à présenter les signes de la maladie plus tard que les adultes unilingues.
 
Veronica : Faut-il toujours qu’un parent parle dans une langue, que l’autre parent parle dans une autre langue et que le professeur s’en tienne à une langue ?
 
Caroline Erdos : On peut choisir la formule qu’on veut. L’enfant peut être exposé à chaque parent qui parle une langue différente à la maison, à deux langues différentes à la maison ou à une langue à la maison et à une autre à la garderie. Il y a diverses formules. Il faut toutefois s’assurer d’un apport suffisant dans chaque langue. Par exemple, un enfant à qui on se contente de faire la lecture dans une langue ne sera pas nécessairement exposé au vocabulaire scolaire ou sportif, par exemple, mais si on tient de nombreuses conversations avec l’enfant dans cette langue, on couvre un vocabulaire beaucoup plus vaste.
 
Veronica : Est-ce que le fait d’apprendre plus d’une langue peut mélanger l’enfant ?
 
Caroline Erdos : Non. En général, les enfants sont fort capables d’apprendre deux langues. En fait, dans le monde, on recense plus de personnes bilingues que de personnes unilingues.
 
Si vous désirez voir l’entrevue complète avec Caroline Erdos, cliquez ici.