Votre ado a-t-il des problèmes d’alcool ou de drogue?

Votre adolescent commence soudainement à avoir des problèmes à l’école. Ses relations avec ses professeurs, ses amis, ses frères et sœurs – et vous – se détériorent. Il a un nouveau cercle d’amis et ne semble plus intéressé par les activités qu’il aimait tant.
 
Une terrible question vous traverse l’esprit : « Mon fils a-t-il des problèmes de drogue? »
 
Si la réponse est oui, vous devez agir rapidement pour aider votre enfant du mieux possible. Mais, il vous faut d’abord être certain.
 
En plus de connaître des problèmes à l’école et dans leurs relations, les adolescents qui prennent des drogues peuvent avoir des réactions émotives excessives accompagnées de moments d’irritabilité, de colère et de changements dans les habitudes de sommeil.
 
« Observez s’il y a un changement de comportement important. Des notes qui baissent, une nouvelle façon de se vêtir ou un changement soudain d’amis – voilà quelques changements qui peuvent sonner l’alarme », explique Jay Ronald Heller, M.D., professeur agrégé en médecine psychiatrique à l’Université de Virginia. « Les parents devraient aussi prêter l’oreille aux professeurs et amis. »
 
Si vous êtes convaincu que votre enfant a un problème, dit Dr Heller, insistez pour qu’il subisse un dépistage de drogues. Un refus est souvent une admission implicite de consommation de drogues.
 
Les parents peuvent recourir à différentes stratégies pour aider leur ado à se débarrasser de cette habitude ou à l’éviter avant qu’elle ne s’installe.
 
« Les parents doivent affronter la situation de front, sans trouver d’excuses ou permettre l’usage de drogues, ajoute Dr Heller. Ils doivent être très clairs sur le fait que ce comportement est inacceptable et indiquer clairement quelles en sont les conséquences. »
 
Demandez immédiatement l’intervention d’un professionnel. Rappelez-vous qu’il s’agit d’un problème médical, et que vous pouvez entreprendre rapidement une consultation familiale pour déterminer s’il existe des problèmes sous-jacents à la consommation de drogue. Si vous envisagez la consultation, parlez-en d’abord à votre médecin.
 
Si votre ado ne prend pas de drogue, encouragez-le et donnez-lui du renforcement positif. « Montrez à vos enfants que vous respectez leur bon jugement, ajoute Dr Heller, en leur accordant davantage de privilèges et de responsabilités. »
Mais, ne soyez tout de même pas exagérément inquiet au premier signe d’abus d’alcool ou de drogue. Plusieurs adolescents en feront l’expérience brièvement; les spécialistes affirment que quelques expérimentations isolées ne devraient pas déclencher la panique.
 
Comment des parents peuvent-ils savoir si un ado flirte avec l’alcool ou la drogue? « Soyez aux aguets pour déceler toute altération de son fonctionnement. Si vous notez des changements de comportement qui interfèrent avec le travail scolaire, les activités sociales ou le comportement à la maison, il est possible que l’abus de drogue ou d’alcool soit en cause », indique Dr Heller.
 
Voici certains signaux d’alarme :
 
Une chute soudaine des notes ou une perte d’intérêt pour les activités scolaires.
 
Un cercle d’amis qui change rapidement et de façon inexpliquée.
 
Des changements d’humeur soudains et violents, manifestés particulièrement par des épisodes de dépression, de colère et d’agression.
 
Des signes physiques de dépendance à l’alcool ou aux drogues : intoxication or gueule de bois.
 
Que doivent faire les parents s’ils soupçonnent le pire?
 
D’abord et avant tout, ils doivent rester calmes et en plein contrôle de leurs émotions, dit Dr Heller.
 
Si vous découvrez que votre enfant boit ou prend de la drogue, faites-lui bien comprendre que ce comportement est illégal et dangereux – et qu’il doit y mettre fin immédiatement. Si la consommation ne cesse pas, il est alors temps de demander l’aide de professionnels, conclut-il.

Psychiatry

Room: A03.3138.1, Glen site

Phone : 514-412-4449
Fax : 514‑412‑4232

Psychology

Psychology is part of Brain Development & Behavior. New referrals must be processed via the Central Intake Service.

Please follow the instructions for referral on the Central Intake webpage and send it by:

  • Fax: (514) 412-4136
  • Email: bdbci@muhc.mcgill.ca