Entrevue avec Sarah Brodie, art-thérapeute

Sarah Brodie est art-thérapeute dans le département d'hématologie/oncologie. Elle nous parle ici de son travail.

Que fait un art-thérapeute?

Il y a plusieurs art-thérapeutes qui travaillent au sein des différents départements de L’Hôpital de Montréal pour enfants. En complément à la thérapie verbale habituelle, nous utilisons une démarche de création artistique pour améliorer le bien-être physique, mental et émotif des personnes.

Mon travail au département d’hématologie-oncologie consiste à fournir aux patients du matériel d’art plastique et une période de calme pour exprimer ce qu’ils n’arrivent pas à exprimer par les mots : la peur, l’isolement, la colère et la perte.

Avec l’art-thérapie, les jeunes patients atteints de cancer et leur famille apprennent à faire face au stress émotif et au traumatisme liés à leur maladie et à son traitement. Les créations artistiques racontent des histoires et expriment des sentiments profonds. De plus, durant les séances d’art-thérapie, les enfants ont l’impression de reprendre le contrôle sur leur vie à un moment où tout semble leur échapper.

L’objectif est de veiller à ce que chaque enfant soit équipé émotionnellement pour combattre la maladie le mieux possible, en plus de le préparer à ce qui viendra une fois le cancer derrière lui. L’art-thérapie commence lorsque les enfants sont hospitalisés, et le travail peut se poursuivre quand les patients retournent à l’école et tout au long du rétablissement pour les aider à comprendre les défis uniques auxquels ils peuvent devoir faire face au-delà de l’expérience du cancer.
 
En plus de travailler directement avec les enfants, l’art-thérapeute fait partie de l’équipe de soins et rencontre régulièrement le personnel soignant pour l’aider à comprendre les besoins du patient, mais aussi pour en apprendre davantage sur le plan de traitement afin de pouvoir aider le patient à mieux le comprendre.

Depuis quand l’art-thérapie existe-t-elle à L’HME?

L’art-thérapie est offerte depuis longtemps à L’HME. Lorsque j’étais étudiante à la maîtrise en art-thérapie à Concordia, j’ai passé une année comme interne à la clinique de consultation externe en psychiatrie, sous la supervision d’une équipe qui avait intégré les activités créatrices (théâtre, art et musicothérapie) depuis un certain nombre d’années. Mon poste à titre de membre de l’équipe d’hématologie-oncologie est relativement nouveau; il existe depuis un peu plus d’un an maintenant. Je suis la toute première art-thérapeute de ce département. Nous sommes chanceux que le programme d’art-thérapie ait été étendu cette année grâce au financement de la Fondation Sarah Cook.

L’Association des art-thérapeutes du Québec (AATQ) vient tout juste de fêter son 25e anniversaire, ce qui montre bien depuis combien de temps les établissements de la province ont ouvert leurs portes à cette profession.
 
Quels patients peuvent tirer profit de l’art-thérapie?
 
Une multitude! Je vais parler pour les enfants avec lesquels je travaille : l’art-thérapie est un service offert à tous les patients qui sont hospitalisés au département d’hémato-oncologie. D’ordinaire, il s’agit d’enfants de plus de 3 ou 4 ans, bien que du matériel artistique comme de la pâte à modeler, des marqueurs et de la peinture au doigt puisse contribuer au développement des tout-petits durant leur séjour à l’hôpital. Comme les enfants sont souvent isolés dans leur chambre d’hôpital, ils sont avides d’occasions de jouer avec des couleurs, des textures, des formes; et d’utiliser leur imagination pour voyager et s’évader de leur chambre.

Quels types d’activités faites-vous avec vos patients?
 
L’art-thérapie peut inclure la peinture, le dessin, le collage, la sculpture ainsi que la photographie et la création d’images informatisées. L’écriture d'un journal ou d'un livre, la création de masques sont aussi quelques-unes des nombreuses activités que j’ai faites avec les patients à l’hôpital. Je transporte un chariot rempli de matériel d’artiste de toutes sortes et je le stationne à la porte de la chambre du patient. En art-thérapie, nous faisons tout en notre pouvoir pour faire de l’hôpital un studio d’art! Et c’est tout un défi, parce que tout doit être stérilisé et que nous devons souvent travailler au chevet du patient alité. J’ai l’habitude de faire beaucoup de désordre. L’art est une façon « propre » de se salir, ce que bien des enfants adorent! Les membres du personnel de l’entretien sont d’ailleurs très tolérants avec moi, et je profite de l’occasion pour les remercier tous!

D’ordinaire, je n’arrive pas avec une idée précise de ce que nous allons faire en art-thérapie. J’énumère au patient tout le matériel qu’il peut utiliser, et il décide comment se déroulera la séance, qui dure environ une heure selon les jours. Les patients n’ont pas la chance de prendre des décisions au sujet de leur traitement, alors il est important de leur donner toutes les occasions possibles d’être en contrôle.

Comment les parents doivent-ils voir l’art-thérapie?

Les parents des patients avec lesquels je travaille en hémato-oncologie voient l’art-thérapie d’un bon œil. Chaque patient a son propre portfolio, et je prends bien soin d’expliquer aux familles et aux patients que leurs œuvres sont confidentielles, et que ce sont eux qui décident s’ils les montrent ou non. Et souvent, les patients montrent leurs œuvres aux familles et au personnel. Les parents et le reste de l’équipe médicale peuvent ainsi voir un autre côté de l’enfant à travers son art. D’ailleurs, les parents savent d’expérience que l’art est un langage naturel pour les enfants et qu’il les aide à exprimer leurs sentiments et leurs idées. En observant les créations artistiques, l’art-thérapeute cherche à mieux comprendre comment l’enfant perçoit sa maladie, et cela peut donner lieu à d’importantes conversations avec le patient, la famille et l’équipe médicale. Souvent, les parents sont enchantés de donner à leur enfant du temps en privé pour s’exprimer et créer des moments de joie malgré le désagrément d’être à l’hôpital.

Quels sont les bienfaits de l’art-thérapie?

Dans le contexte des traitements contre le cancer, l’art-thérapie comporte des objectifs importants : favoriser le développement, soutenir l’expression émotionnelle et stimuler la créativité. Je vous en dirai un peu plus sur chacun de ces aspects. L’art-thérapeute Tracy Council (2002) propose aussi de plus amples renseignements sur le sujet; vous trouverez les références plus loin.

Favoriser le développement

Les enfants qui subissent un traitement médical peuvent régresser à un stade de développement antérieur. Il s’agit là d’une réaction humaine normale face à un grand stress. Le travail de l’art-thérapeute, c'est d’aller à la rencontre de l’enfant là où il se trouve et de l’inciter à progresser. Un enfant en régression peut reprendre le chemin perdu et recommencer à communiquer ses désirs, ses besoins, ses questions et ses peurs d’une façon appropriée à son âge.

Soutenir l’expression émotionnelle

Face aux nombreuses pertes que le diagnostic leur apporte, les patients doivent trouver un équilibre entre leur besoin d’exprimer leurs sentiments et leur désir de plaire à leurs parents et de coopérer au traitement. Un monstre fait de glaise ou peinturé sur le papier n’est pas réel. Il peut être frappé et détruit, ou encore apprivoisé et cajolé sans danger pour son créateur. La croissance et la guérison qui prévalent dans l’imaginaire nourrissent et renouvellent l’esprit humain.

Le pouvoir de l’art

Fondamentalement, la création est liée à notre désir d’être essentiel, vivant et sain. La maladie physique ne cause pas que des souffrances au corps; elle trouble aussi l’âme et l’esprit. Subir des analyses et des interventions médicales peut être très déshumanisant, notamment pour les enfants qui ne sont pas toujours en mesure de comprendre l’intention de soigner qui se cache derrière les examens exploratoires, les aiguilles et les médicaments. L’art-thérapie permet aux jeunes patients de faire un travail de création dans les limites que leur impose leur maladie, rétablissant un sentiment de plénitude et d’existence. Prendre du mieux est un travail difficile, et le rétablissement peut être long. Se sentir créateur en cours de traitement modifie la façon dont les jeunes patients se perçoivent; ils deviennent des partenaires actifs du travail de récupération, au lieu d’être des patients passifs qui prennent des médicaments et qui attendent.

Comment l’art-thérapie est-elle perçue dans le monde médical?


J’aimerais bien que ce soit les membres de l’équipe médicale qui répondent à cette question! De mon point de vue, j’ai trouvé que l’équipe d’hémato-oncologie de L’HME était ouverte, curieuse et favorable à l’art-thérapie. Les médecins et les infirmières assistent souvent en observateurs aux séances d’art-thérapie et sont enchantés de participer à cette expression créative et saine du patient. J’ai aussi noté que l’équipe médicale avec laquelle je travaille faisait d’importantes observations et interprétations des œuvres artistiques, puisqu’elle connaît souvent mieux le patient et a une meilleure connaissance des liens que l’œuvre peut avoir avec le diagnostic et le traitement.
 
Depuis combien de temps faites-vous ce travail?
 
Je suis fraîchement diplômée de maîtrise en art-thérapie à Concordia. J’ai travaillé dans la communauté durant 2 ans avant d’entrer à L’HME, et je continue mon travail dans le système scolaire et au privé. J’ai la chance d’être dans un hôpital qui voit le recours aux thérapies de création artistique comme un moyen d’aider les patients à faire face à la maladie et à l’hospitalisation. Je suis également privilégiée d’être une pionnière de l’art-thérapie médicale en oncologie pédiatrique, grâce à l’initiative de L’HME d’inclure l’art-thérapie au nombre de ses services. J’ai découvert un groupe très coopératif de médecins, d’infirmières, de musicothérapeutes, de psychologues, de psychiatres, de psychoéducateurs, de travailleurs sociaux, de travailleurs en pastorale, de physiothérapeutes, d’ergothérapeutes et d’autres gens qui travaillent de concert pour faire du passage de chaque patient à l’hôpital un moment aussi agréable que possible.
 
Comment vous préparez-vous?

Le plus important, c'est que je fais mes propres créations artistiques. Je lis aussi beaucoup sur les percées dans le domaine de l’art-thérapie en oncologie pédiatrique. Mais, mes propres créations me gardent sur la bonne voie en me rappelant les défis et l’expérience qui consistent à créer quelque chose à partir de mon imaginaire à partir de matériaux bruts.

L’un de mes derniers projets en est un exemple : il arrive parfois que les patients hospitalisés soient trop malades pour créer eux-mêmes une œuvre artistique, mais quand même assez bien pour souhaiter travailler en art-thérapie. J’ai voulu créer des images avec lesquelles les petits patients pourraient jouer lorsqu’ils n’auraient pas beaucoup d’énergie. J’ai donc décidé de faire une série de peintures sur soie que les patients pourraient étendre sur leur lit afin de les regarder, de les toucher et d’en parler. J’ai créé une série de quatre grandes soies de la taille du panneau avant d’une laveuse. Chaque soie représente l’un des quatre éléments : la terre, l’eau, l’air et le feu. Je voulais des images de base à partir desquelles les patients pourraient projeter leurs propres souvenirs et sentiments. Et je voulais des couleurs vibrantes et des textures douces. La peinture sur soie est aussi une chose qui peut se faire au lit; alors si les patients le désirent, ils peuvent réaliser leurs propres créations sur soie.

Pour l’avenir, je projette notamment de faire une exposition des œuvres de mes patients. J’inviterai les patients à peindre une œuvre qu’ils seront prêts à exposer. Ce sera une belle occasion pour la communauté de L’HME de reconnaître les aptitudes créatrices de ses patients.

J’espère aussi continuer à écrire sur mes expériences de travail avec les patients d’ici, à pouvoir partager sur la résilience qui émerge de la création artistique des jeunes patients atteints de maladies graves.

Les questions au sujet des services d’art-thérapie au département d’hématologie-oncologie de L’HME peuvent être envoyées à :

Sarah Brodie, art-thérapeute
Sarah.brodie@muhc.mcgill.ca

Autres lectures :
Pour une explication détaillée :

Council, T. Medical Art Therapy with Children. IN C. Malchiodi (Ed.). Handbook of Art Therapy, Guilford, 2003, pp. 207-219.

L’Association des art-thérapeutes du Québec
www.aatq.org

The American Art Therapy Association
http://www.arttherapy.org/

Arts in Healing Network
http://www.artheals.org/start.html