Fort achalandage aux urgences pédiatriques

Appel à la collaboration du public

Montréal, le vendredi 6 décembre 2023 – Encore une fois cette année, les urgences de l’Hôpital de Montréal pour enfants (HME) et du CHU Sainte-Justine font face à une importante pression engendrée par la forte affluence des divers virus respiratoires. À l’approche des fêtes, ces centres pédiatriques font front commun pour rappeler aux parents d’éviter de se rendre aux urgences si l’état de leur enfant ne nécessite pas de soins immédiats.

L’Hôpital de Montréal pour enfants, ainsi que le CHU Sainte-Justine tiennent à rassurer les parents : aucun enfant nécessitant des soins médicaux ne sera refusé à l’urgence.

« Aux urgences, les patients sont vus par ordre de priorité après l’évaluation d’une infirmière. Ainsi, les patients qui se présentent avec un rhume, une grippe ou une gastroentérite et dont les symptômes sont bénins doivent prévoir attendre plusieurs heures avant de voir un médecin à l’urgence », indique la Dre Laurie Plotnick, directrice médicale de l’urgence de l’HME. 

« Les services d’urgence doivent être réservés aux personnes dont l’état de santé nécessite une prise en charge immédiate. Pour les enfants qui ne sont pas gravement malades ou blessés, d’autres solutions peuvent être envisagées, telles que la ligne 811 ou les cliniques sans rendez-vous », ajoute le Dr Antonio D’Angelo, chef médical de l’urgence du CHU Sainte-Justine.

Entre le 17 novembre et le 1er décembre 2023, les patients ayant un problème de santé mineur (catégories P4-P5) représentaient en moyenne 57,73 % des visites à l’urgence de l’HME. Pour la même période, le taux d’occupation moyen de l’urgence de l’HME se situait à 157,47 %.

De son côté, entre le 17 novembre et le 1er décembre 2023, le taux d’occupation moyen de l’urgence du CHU Sainte-Justine se situait à 172,13 %. Entre le 5 et le 28 novembre 2023, les patients ayant un problème de santé mineur (catégories P4-P5) représentaient en moyenne 37,26 % des visites à l’urgence du CHU Sainte-Justine.

La meilleure solution : se soigner à la maison

« Les symptômes grippaux bénins, la gastroentérite et la fièvre, qui durent généralement entre trois à cinq jours, peuvent être soignés à la maison », explique le Dr D’Angelo. « Dans le doute, vous pouvez consulter votre pharmacien communautaire pour obtenir rapidement des conseils d’un professionnel de la santé. Si les symptômes persistent, une consultation avec un médecin reste l’option à privilégier », recommande-t-il.

« Les mesures préventives, comme la vaccination et l'adoption de bonnes mesures d’hygiène telles que le lavage régulier des mains, sont des moyens efficaces pour réduire le risque de contracter certaines infections et éviter des visites imprévues à l'urgence et les longs temps d'attente qui s'en suivent durant la période la plus occupée de l'année », ajoute la Dre Plotnick.

D‘autres options

En cas de symptômes, appelez d’abord Info-Santé au 8-1-1. Des infirmières sont disponibles en tout temps pour évaluer la condition de votre enfant, vous conseiller et vous indiquer quand et qui consulter.

Vous pouvez aussi vous adresser à votre médecin de famille, au Guichet d'accès à la première ligne, aux services du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de votre région ou encore à une clinique sans rendez-vous. Les pharmaciens sont aussi d’excellents conseillers. 

Les sites web de l’HME et du CHU Sainte-Justine offrent aussi de nombreux conseils et renseignements aux familles qui leur permettront de s’orienter.

Quand consulter à l’urgence ?

 Il est pertinent de vous rendre immédiatement aux urgences dans les cas suivants :

  • Fièvre chez un bébé de moins de trois mois ou fièvre avec un torticolis ;
  • Somnolence ou confusion inhabituelles ;
  • Difficulté à respirer ;
  • Vomissements ou diarrhée avec une incapacité à retenir les liquides et/ou des signes de déshydratation ;
  • Blessures telles que :
    • Traumatisme crânien avec perte de conscience, confusion ou vomissements répétés ;
    • Coupure qui peut nécessiter des points de suture ;
    • Blessure où l’on soupçonne un os cassé (exemple : gonflement ou incapacité à utiliser le membre) ;
    • Blessure aux yeux ;
    • Brûlure entraînant des cloques ;
  • Ingestion d’un poison, d’une drogue ou d’une substance inconnue ;
  • Éruption cutanée qui ressemble à de petites ecchymoses.