Les enfants allaités sont plus intelligents

Selon une nouvelle étude, les enfants allaités obtiennent de meilleurs résultats de tests de QI, ainsi que de meilleures évaluations académiques.

En effet, les enfants allaités, évalués l'âge de six ans et demi, ont obtenu 7,5 points de plus lors de tests d'intelligence verbale, 2,9 points de plus lors de tests d'intelligence non-verbale et 5,9 points de plus pour l'ensemble des tests d'intelligence.

 « Nos résultats, tirés de la plus importante étude aléatoire portant sur la lactation, révèlent que l'allaitement maternel prolongé et exclusif améliore le développement cognitif, tel que démontré par les tests de QI et les évaluations académiques des professeurs chez les enfants de 6,5 ans », concluent les auteurs de l'étude.

Une équipe de chercheurs internationaux, menée par Dr Michael Kramer de l'université McGill, a évalué les données de 14 000 enfants nés dans 31 hôpitaux biélorusses. La moitié des mères était encouragée à allaiter le plus longtemps possible. L'autre moitié des bébés a reçu les soins de maternité de base à l'hôpital, ainsi qu'un suivi par la suite, sans intervention en allaitement..

Lorsque les enfants ont atteint l'âge de six ans, ils ont passé un test de QI et leurs professeurs ont évalué leurs habiletés de lecture, d'écriture, de mathématiques et d'autres sujets. Les résultats appuient les études par observation qui avaient démontré que les nourrissons allaités étaient plus intelligents que les bébés nourris à l'aide d'une préparation.

« La cohérence de nos résultats tirés de l'étude aléatoire et des études par observation devraient aider les services de santé publique à promouvoir, protéger et encourager l'allaitement maternel », affirment les auteurs.

Cependant, les chercheurs mentionnent que ce n'est pas encore clair que le lait maternel influence le développement cognitif des nourrissons. Ils reconnaissent que les gestes physiques et émotifs qui accompagnent l'allaitement pourraient avoir un impact sur la façon dont se développe le cerveau de l'enfant.

La recherche a été publiée dans la revue Archives of General Psychiatry.