Nombre de blessures liées à la pratique de la luge à un niveau record: Conseils du Centre de traumatologie de l’Hôpital de Montréal pour enfants pour éviter les blessures

Montréal, 8 janvier 2021 : Cet hiver, un nombre record d’enfants et d’adolescents ont été blessés en faisant de la luge et du toboggan. Au cours des trois dernières semaines seulement, le Centre de traumatologie de l’Hôpital de Montréal pour enfants (HME) du Centre universitaire de santé McGill a traité 70 enfants. C’est le nombre de patients que nous voyons certaines années pendant toute une saison (voir les statistiques qui suivent).

En mars dernier, en faisant une descente en luge dans un centre de ski des Laurentides, Conrad s’est enroulé autour d’un arbre. Le jeune homme de 14 ans s’est cassé le fémur d’une jambe ainsi que la cheville et le tibia de l’autre jambe. Les équipes de traumatologie et d’orthopédie de l’HME l’ont remis sur pied, mais il a fallu du temps. Conrad a été opéré, puis il a passé une semaine à l’hôpital avant d’être alité à la maison pendant quelques autres semaines. Il a aussi eu besoin de séances de physiothérapie pour retrouver de la force. En tout, il a fallu cinq mois à Conrad pour se remettre complètement.

« Il avait plu la nuit précédente et la colline était comme une patinoire. J’ai totalement perdu le contrôle de ma luge et j’ai filé droit dans les arbres, à toute vitesse. Je suis super chanceux de ne pas m’être cogné la tête, parce que j’aurais probablement été tué, raconte Conrad. Le conseil que je donnerais aux enfants, c’est de faire attention à ne pas se laisser prendre au jeu. Avant d’embarquer sur la luge et de descendre la pente, évaluez les risques et voyez si c’est sécuritaire. »

Une tendance inquiétante

« La pandémie est une source de défis importants pour tout le monde. Les enfants et les adolescents se sont vu privés de leurs occasions de socialiser, de pratiquer des sports individuels et collectifs, et de participer à d’autres activités récréatives. En raison des options d’activités limitées, le toboggan et la luge sont devenus plus populaires. Malheureusement, nous constatons une hausse significative du nombre de blessures traumatiques par rapport aux années précédentes », déclare Debbie Friedman, directrice du Centre de traumatologie de l’Hôpital de Montréal pour enfants. Mme Friedman ajoute qu’il est important de bien examiner la colline, car toutes les pistes ne sont pas sûres pour y faire de la luge.

Aus dires de la Dre Laurie Plotnick, directrice médicale du service d’urgence de l’HME, et de Sylvie Levesque, infirmière gestionnaire de l’urgence, les enfants et adolescents traités à l’HME avaient subi des traumatismes crâniens, des fractures diverses, des blessures abdominales et pelviennes, des lacérations des yeux et des lésions dentaires.

 

Les statistiques du Centre de traumatologie de l’HME :           

~70 patients ont consulté à l’urgence de l’HME pour des blessures liées à la pratique de la luge entre le 10 décembre 2020 et le 3 janvier 2021

Pour la même période au cours des années précédentes, le nombre de cas le plus élevé a été enregistré en 2004 (50 cas) et en 1995 (49 cas), la moyenne étant de 30 à 35 cas par année. Voici un aperçu des cas des dernières semaines :

  • Les victimes sont réparties également entre filles et garçons (50/50).
  • 47 % des accidents étaient le résultat d’une collision avec un objet dur, comme un mur, une clôture, un arbre, une table, un rocher ou un poteau. 38 % des personnes blessées sont tombées de leur luge, et 15 % sont entrées en collision ou ont été heurtées par une autre personne.
  • Plus de 95 % ont déclaré ne PAS porter de casque.
  • L’âge des victimes varie de 3 à 17 ans, avec 38 % de moins de 6 ans.

 

Source des données : Programme canadien de prévention du signalement des traumatismes hospitaliers

 

  •  

« En travaillant ensemble, les parents, les enfants, les adolescents et les municipalités peuvent réduire le nombre de blessures en suivant ces conseils de sécurité, explique Liane Fransblow, coordonnatrice de la prévention des blessures au centre de traumatologie. »

 

  • Assurez-vous qu’il n’y a pas d’obstacles sur la pente, comme des bancs de parc, des arbres, des supports à vélo, des bottes de foin (qui gèlent facilement), des bouts de bois, des clôtures métalliques ou d’autres équipements de parc.
  • Il est important d’aller glisser dans des endroits spécialement conçus pour la luge.
  • Vérifiez toujours l’état de la pente, et évitez les conditions glacées.
  • Idéalement, le bas de la piste doit être suffisamment dégagé et plat pour que la luge s’arrête d’elle-même.
  • Ne glissez jamais dans la rue.
  • Le port du casque (comme un casque de ski ou de hockey) est fortement recommandé. Les impacts à grande vitesse peuvent causer de graves traumatismes crâniens.
  • Utilisez des luges et des toboggans plus traditionnels, qui permettent un meilleur contrôle.
  • Les jeunes enfants doivent toujours glisser sous surveillance.
  • Évitez les pentes trop abruptes ou trop difficiles pour les capacités de votre enfant. Assurez-vous que les jeunes enfants glissent sur des collines à pente douce.
  • N’entassez pas trop de personnes sur un toboggan. Suivez les recommandations du fabricant.
  • Asseyez-vous toujours face à l’avant, ne vous mettez jamais debout, et ne vous couchez jamais tête première.
  • Si vous perdez le contrôle, roulez sur le côté, et n’essayez pas d’arrêter le toboggan ou la luge avec vos mains ou vos pieds.
  • Dégagez rapidement le bas de la pente pour éviter d’être heurté par les glisseurs qui arrivent.
  • Allez glisser pendant la journée. De nombreuses blessures se produisent en fin d’après-midi ou en début de soirée.

 

Pour parler avec nos spécialistes en traumatologie (bilingues) et avec Conrad, contactez

Lisa Dutton
Directrice des relations médias
Fondation de l’Hôpital de Montréal pour enfants
514-264-6514
ldut@mchf.com