Sous les projecteurs : Cardiologie

La directrice du département de cardiologie de L’HME, Dre Marie Béland, affirme que de plus en plus de gens vivent avec une cardiopathie congénitale. Bien qu’on puisse avoir l’impression que ce n’est pas très positif, il s’agit en fait d’une bonne nouvelle. Comme l’explique Dre Béland, « grâce aux formidables percées réalisées en cardiologie, de plus en plus d’enfants qui reçoivent un diagnostic de maladie cardiaque grandissent pour vivre pleinement leur vie d’adulte. »

L’équipe de cardiologie comprend plus d'une douzaine de membres incluant des cardiologues, des techniciens, des infirmières et du personnel administratif. La majorité des patients y sont dirigés pour faire évaluer un souffle cardiaque. Dans la plupart des cas, un souffle cardiaque n’est pas inquiétant, mais l’équipe de cardiologie veut s’assurer de diagnostiquer ou d’éliminer une cardiopathie congénitale, s’il y a lieu. Les services diagnostiques offerts incluent les services d’échocardiographie, d’électrophysiologie, de cathétérisme cardiaque diagnostique et interventionnel, ainsi que d’imagerie par résonnance magnétique. Seule une minorité de patients a besoin d’une chirurgie cardiaque ou d’une intervention au laboratoire de cathétérisation pour réparer ou compenser leur problème cardiaque. Depuis une dizaine d’années, grâce aux plus récentes percées techniques et technologiques, dont certaines initiées par l’équipe de cardiologie de L’HME, de plus en plus de ces interventions sont réalisées au laboratoire de cathétérisation.

L’équipe de cardiologie soigne aussi des enfants aux prises avec des cardiopathies acquises ou de l’arythmie. En fait, l’équipe est souvent appelée à poser un diagnostic avant même la naissance d’un enfant. Selon Dre Béland, « certains fœtus souffrent d’arythmie ou de cardiopathie congénitale pouvant mettre leur vie en danger, de sorte qu’une grande partie du travail est réalisée avant la naissance pour bien préparer l’accouchement ».

Deux secteurs du département suscitent un intérêt particulier; il s’agit des services de télémédecine pour les patients de l’extérieur de Montréal et l’avènement, l’an dernier, des implantations percutanées de valvules pulmonaires.

Fondateurs en télémédecine

L’HME est l’un des fondateurs du Réseau québécois de télésanté élargi (RQTe). Le département de cardiologie de L’HME offre des services de télémédecine depuis une décennie, et plusieurs de ses consultations se font auprès de patients vivant dans les communautés du Nord du Québec.

Un cardiologue pédiatrique se rend à Puvirnituq et à Kuujjuaq une fois par année; le reste de l’année, un cardiologue de L’HME peut offrir des consultations à distance puisque L’HME est équipé pour recevoir les transmissions d’images vidéo et d’échocardiogrammes en temps réel. Si un bébé a un souffle au cœur, la famille peut l’amener consulter à Puvirnituq ou Kuujjuaq. Les avantages sont nombreux et, comme l’ajoute Dre Béland, « cela simplifie le processus tout en évitant à la famille le choc culturel qu’implique un transfert à Montréal ». Les sommes épargnées grâce à la télémédecine peuvent être aussi élevées que 20 000 $ par enfant. Le succès obtenu auprès de ces communautés a incité L’HME à explorer la possibilité de s’installer également auprès des Cris de la Baie-James, où se rend Dre Béland chaque année.

Une première montréalaise

Le département de cardiologie de L’HME fait partie intégrante du Centre d’excellence de McGill en cardiopathie congénitale. L’étroite collaboration avec les cardiologues des sites pour adultes du CUSM a donné lieu à la première transplantation percutanée de valvule pulmonaire à Montréal, réalisée au centre de cathétérisation cardiaque et d’intervention coronarienne percutanée de L’HME par Dr Adrian Dancea et Dr Giuseppe Martucci.

L’intervention consiste à remplacer la valvule située entre le cœur et les poumons par une valvule artificielle. Il s’agit d’une intervention à effraction minimale qui peut retarder considérablement le recours à une chirurgie à cœur ouvert et réduire de manière importante la morbidité permanente liée à certaines malformations cardiaques.

En travaillant avec les cardiologues des hôpitaux pour adultes, L’HME est à l’avant-garde pour assurer un continuum de soins aux patients pédiatriques lorsqu’ils atteignent l’âge adulte. Alors que le nombre d’adultes porteurs d’une cardiopathie congénitale surpasse le nombre d’enfants diagnostiqués pour ce type de maladies, nous commençons tout juste à définir les besoins de soins des patients tout au long de leur vie. Avec le centre d’excellence au sein de la grande communauté du CUSM, les patients qui souffrent de problèmes multisystémiques complexes ont l’avantage d’avoir accès à d’autres spécialités comme l’obstétrique, la neurologie et la néphrologie. « Nous travaillons dans le but d’offrir aux patients des soins complets, dès leur conception et jusqu’à la fin de leur vie, explique Dre Béland. Nous serons les artisans du concept de soins complets pour les patients souffrants de cardiopathie congénitale au Canada. »

Des cardiologues reconnus pour leurs recherches

Les cardiologues de L’HME sont aussi impliqués dans divers secteurs de recherche. Dr Charles Rohlicek a reçu plusieurs bourses des IRSC et a mené une recherche sur les faibles niveaux d’oxygène en bas âge et leurs conséquences éventuelles sur l’organisme.

Dre Béland est connue mondialement pour son action au sein du groupe de travail international sur la nomenclature des cardiopathies congénitales. Dr Luc Jutras est tenu en haute estime d’un bout à l’autre du Canada pour ses compétences en imagerie par résonance magnétique (IRM); il a publié récemment un mémoire de recherche sur la pathologie cardiaque virtuelle, une technique aux avantages indéniables pour l’enseignement et la recherche de l’avenir.

Le département accueillera sous peu son cinquième cardiologue. Dre Tiscar Cavalle-Garrido, qui s’intéresse particulièrement à la cardiologie fœtale et à l’échocardiographie, commencera à travailler à L’HME au cours des prochaines semaines.